Les avantages et les risques de la mondialisation

Author:Lector univ. dr. Maria Grigore
Position:Universitatea Nicolae Titulescu
SUMMARY

Le terme «mondialisation» possède une forte charge émotive. D'aucuns voient dans la mondialisation un processus bénéfique, inévitable et irréversible. D'autres sont hostiles à ce processus, estimant qu'il accroît les inégalités au sein des pays et entre eux, menace l'emploi et le niveau de vie et entrave le progrès social. L'objectif du présent ouvrage, qui fait un tour d'horizon de certains... (see full summary)

 
INDEX
FREE EXCERPT
1. Introduction

La globalisation offre de grandes chances de parvenir à un développement authentiquement mondial, mais elle avance de façon irrégulière. Certains pays s'intègrent à l'économie mondiale plus rapidement que d'autres. Dans ceux qui ont pu s'intégrer, la croissance est plus forte et la pauvreté diminuée. Sous l'effet de politiques tournées vers l'extérieur, les pays d'Asie de l'Est, qui figuraient parmi les plus pauvres du monde il y a 40 ans, sont pour la plupart devenus dynamiques et prospères. À mesure que le niveau de vie augmentait dans ces pays, ils ont accompli des progrès dans des domaines comme l'environnement et les conditions de travail.

Au pole opus sont de nombreux pays d'Amérique latine et d'Afrique qui, dans les années 1970 et 1980, ont poursuivi des politiques tournées vers l'intérieur et leur économie a stagné ou régressé, la pauvreté a augmenté et une forte inflation est devenue la norme. Des événements extérieurs défavorables ont aggravé les difficultés de beaucoup d'entre eux, surtout en Afrique. Cependant, à mesure que ces pays modifiaient leur politique, leur revenu a commencé à augmenter. Une profonde mutation est en cours. L'encourager - et non l'inverser -est le meilleur moyen de stimuler la croissance, le développement et la lutte contre la pauvreté.

Les crises sur les marchés émergents dans les années 90 ont montré très clairement que les avantages de la mondialisation n'étaient pas sans contrepartie, à cause des risques, d'une part, d'instabilité des mouvements de capitaux et, d'autre part, de dégradation du tissu social, de l'économie et de l'environnement que pouvait engendrer la pauvreté. Pour toutes les parties prenantes, qu'elles viennent des pays en développement ou des économies avancées, ou, cela va de soi, qu'il s'agisse des investisseurs, c'est une raison, non pas de revenir en arrière, mais de lancer les réformes nécessaires pour renforcer les économies et le système financier international de façon à accélérer la croissance et à réduire la pauvreté.

2. La definition de la mondialisation

La «mondialisation» est un processus historique qui est le résultat de l'innovation humaine et du progrès technique. Elle évoque l'intégration croissante des économies dans le monde entier, au moyen surtout des courants d'échanges et des flux financiers. Ce terme évoque parfois les transferts internationaux de main-d'ceuvre ou de connaissances (migrations de travail ou technologiques) et comporte aussi des dimensions culturelle, politique et environnementale.

Le terme de mondialisation est couramment utilisé depuis les années 80, c'est-à-dire depuis que le progrès technique permet d'effectuer plus facilement et plus rapidement les opérations internationales (commerciales ou financières). Il traduit le prolongement au-delà des frontières des pays des forces du marché qui ont opéré pendant des siècles à tous les niveaux d'activité économique (marchés de village, industries urbaines ou centres financiers).

Le marché favorise l'efficience grâce à la concurrence et à la division du travail. Grâce à la mondialisation des marchés, il est possible de tirer parti de marchés plus nombreux et plus vastes dans le monde. Cela signifie que l'on peut avoir accès à davantage de capitaux et de ressources technologiques, que les importations sont moins coûteuses et que les débouchés pour les exportations sont élargis. Cependant, les marchés ne garantissent pas nécessairement que cette efficience accrue profite à tous. Les pays doivent être prêts à lancer les politiques indispensables et, dans le cas des plus pauvres, ils peuvent pour ce faire avoir besoin de l'appui de la communauté internationale.

3. Le niveau d'integration des pays en developpement

Les efforts que les pays en développement déploient pour rattraper les économies avancées donnent des résultats inégaux. Depuis 1970, le revenu par habitant se rapproche vite dans un certain nombre de pays, surtout asiatiques, des niveaux atteints dans les économies avancées. Un nombre plus élevé de pays en développement n'ont enregistré que de faibles progrès ou même ont régresser. En Afrique en particulier, le revenu par habitant a diminué par rapport aux pays industrialisés et, dans certains pays, a reculé en termes absolus. Les pays qui comblent leur retard sont ceux dans lesquels les échanges progressent fortement.

Il y a quatre aspects de la mondialisation que nous devrons examiner: Commerce international : la part des pays en développement dans le commerce mondial a dans l'ensemble augmenté, passant de 19 % en 1971 à 29 % en 1999. Cependant, il y a de grandes différences entre les principales régions. Par exemple, les résultats sont bons pour les nouvelles économies industrielles d'Asie et ils sont médiocres pour l'Afrique dans son ensemble. La composition des exportations des pays est également importante. Jusqu'à présente, la plus forte augmentation a...

To continue reading

REQUEST YOUR TRIAL